Regimen | Amanda Vincelli

Installation dans l’espace public
Du 30 mars au 30 avril 2017

– Librairie du Plateau-Mont-Royal, 465 Mont-Royal E.
– Cinema Du Parc, 3575 Parc ave
– Never Apart, 7049 St-Urbain
– Warren G Flowers Art Gallery Dawson College, 4001 boul De Maisonneuve O, 2e

Vernissage : Jeudi 30 mars 2017 à 17h
Studio XX 4001 Berri – 2 étage

À travers les habitudes médicinales de cent jeunes femmes vivant en milieux urbains, Regimen (2015—2017) réfléchit aux exigences de la société occidentale qui encourage à tout prix le surpassement de soi.  Le projet examine les méthodes et la portée des diagnostics dans le domaine de la santé tout en réfléchissant aux idéaux normatifs concernant le bien- être. Qu’acceptons-nous comme étant naturel? À qui et à quoi pouvons-nous faire confiance au sujet de notre santé? Le projet explore ces interrogations en exposant les motivations et relations quotidiennes, changeantes ou même absentes, que ces jeunes femmes entretiennent avec une diversité de produits pharmaceutiques, suppléments, vitamines et drogues récréatives.

Le projet se compose du portrait photographique de chacune d’entre elles, de leur régime médicinal et de leurs témoignages audio et écrit. Ces rencontres ont eu lieu entre 2014 et 2015 à New York, Amsterdam, Londres, Montréal et Los Angeles.

Les témoignages des jeunes femmes mettent en lumière les pressions sociales ancrées dans leur quotidien, comme celles de la reproductivité et d’idéal de beauté. Notamment, le projet est ancré dans le milieu urbain où les exigences de productivité sont omniprésentes, surtout pour les professionnelles débutant sur le marché du travail. Les témoignages révèlent également l’émergence de stratégies de diagnostic et de consommation se rapprochant de plus en plus de celles de la recherche en ligne; une philosophie de soins développée à partir de sources diverses, parfois contradictoires et même erronées.

Du 30 mars au 30 avril 2017, leurs témoignages pourront être écoutés dans des toilettes publiques à travers la Ville de Montréal. À la fois partagés et privés, ces espaces font rappel aux rituels de soin, où nous sommes confrontés à nous-mêmes, particulièrement aux limites de notre corps.

Le Studio XX remercie Raphaël Demers et le Fab lab du PEC pour son soutien dans la réalisation de ce projet.

Participant-e-s

Matricules